Loir
Glis glis
© B. Trachsel

Habitat

Hecken und Waldränder
Wald

Exclusivement nocturne, construit des nids sphériques à partir de feuilles, de mousse et d'écorce ou vit dans des cavités, également dans des nichoirs, des granges ou des cabanes forestières. Cris bruyants en cas de dérangement. Le loir passe la majeure partie de sa vie dans les arbres. Se nourrit de végétaux (fruits, baies, graines, bourgeons de feuilles et de fleurs et champignons), mais aussi d'insectes, d'escargots et de jeunes oiseaux. Période de reproduction mai - août, 5 - 7 jeunes après une gestation d'environ 30 jours, une seule portée par an. Jeunes autonomes après 7 semaines. À partir de l'automne, souvent présent dans des nichoirs, les délaisse cependant à nouveau pour l'hibernation, qui dure au moins jusqu'au mois de mai. L'âge maximum est estimé à 9 ans.

Signes distinctifs 
Queue très touffue, grands yeux et oreilles arrondies. Dos gris-brun, ventre gris argenté.
Habitat 
Forêts mixtes et de feuillus, y compris les vergers, les parcs, les jardins et les haies denses. Préfère les zones avec des buissons et de l'herbe denses.
Degré de menace
Non menacé
Confusions possibles
Le lérot, le lérotin et le muscardin sont des espèces apparentées au loir. Le lérot se trouve dans les Alpes ainsi que dans le Jura. La répartition du lérotin se limite quant à lui à l'Engadine orientale. Le muscardin est le plus petit représentant de la famille des gliridés il est present dans toute la Suisse, mais sa repartition est lacunaire dans certaines regions.
Physique 

Longueur tête-corps 13-19 cm, queue 11-15 cm, poids 80-120 g.

Période d’activité 
Hibernation d’octobre à mai caché dans des terriers, des cavités naturelles ou des maisons.
Annoncer une observation
Les textes sont tirés du livre Stadtfauna avec l’aimable autorisation de la maison d'édition Haupt Verlag. Cover StadtFauna-Buch
55 Images tri par
Loir 
 7
Loir 
 5
Loir 
 4
Loir 
 4
Loir 
 3
Loir 
 2
Loir 
 2
Loir 
 2
Loir 
 2
Loir 
 2
Loir 
 2
Loir 
 2
Loir 
 2
Loir 
 1
Loir 
 1
Loir 
 1
Loir 
 1
Loir 
 1
Loir 
 1
Loir 
 1
Loir 
 1

Pages


Renard. © Stefan Wassmer / stadtwildtiere.ch

En tant qu'utilisateur enregistré, vous pouvez voter pour vos photos préférées parmi celles de la galerie: pour cela, cliquez simplement sur l'écureuil qui figure en dessous de la photo. Lorsque le symbole s'affiche en rouge, votre vote est validé. Le nombre figurant à côté du symbole indique combien de personnes ont déjà choisi cette photo.

Vous n'êtes pas encore enregistré? Enregistrez-vous ici

 

Concours de photos

Prenez part à l'évaluation des photos, en sélectionnant vos photos préférées d'un simple clic sur l'écureuil.

 

À la maison, dans les cimes des arbres et les bâtiments

Les loirs dorment la journée et sont actifs la nuit. Leur zone d'activité est située au-dessus du sol dans les cimes des arbres et les buissons. On peut faire un affût nocturne pour observer les loirs qui se tiennent dans des bâtiments. La plupart du temps, on les entend avant de les voir. Vous pouvez essayer de les observer à la lumière d'une lampe de poche. Les loirs peuvent devenir relativement confiants. Mais attention, ne touchez pas les animaux, ils peuvent mordre !


© F. Bontadina / swild.ch
Les loirs dorment parfois aussi dans des nichoirs, suspendus pour les oiseaux. Il peut arriver que les loirs mangent des œufs ou des oisillons.

 

Ce loir se met à l’aise parmi des cadres d’abeilles.

(© K.Märki / swild.ch)

 

Le lérot, un proche parent du loir, porte un beau masque. Il se reproduit à des altitudes plus élevées (Jura, Préalpes). (© F. Bontadina / swild.ch)

 

Les loirs peuvent également être détectés par leurs crottes. Les crottes ont la forme de haricots de 1 à 2 cm. Nettement plus grandes que les crottes de souris.

Bien vivre ensemble
Dans les zones habitées, le loir se tient principalement dans les zones périphériques à proximité des forêts. Le loir utilise naturellement les cavités d'arbres comme lieux de repos et d'élevage, mais il ne dédaigne pas non plus les nichoirs suspendus pour les oiseaux. Par conséquent, les vieux arbres présentant des cavités devraient être laissés sur pied. Il trouve sa nourriture parmi les hêtres et les chênes, les haies d'arbustes sauvages et les vergers.

La conception de l'habitat près de chez vous
Concevez votre jardin pour qu'il soit riche en niches et engagez-vous pour que votre quartier soit planté de fleurs, d'arbustes et d'arbres d’essences locales.

Conflits entre le loir et l'homme
Pendant leur période d'activité, de mai à septembre, les loirs s'invitent dans les greniers et peuvent faire beaucoup de bruit la nuit (grognements, couinements, cris). En tant que rongeurs, ils aiment grignoter des matériaux isolants ou en bois. Ils se servent aussi de temps en temps de nourriture laissée accessible comme par exemple des fruits. D'autres signes de leur présence sont des excréments en forme de haricot ou des nids rembourrés. Il y a deux réactions possibles :

  • Tolérer les petits colocataires
  • Chasser les petits casse-pieds. Contactez un couvreur spécialisé. Avant de fermer les ouvertures, il faut s'assurer que les animaux ne se trouvent plus dans le bâtiment.
Menaces 
  • Destruction de l'habitat : diminution du nombre de vieux arbres ou d’arbres morts et donc des cavités naturelles dans nos forêts.
  • Prédateurs : dans les agglomérations, fouine et chat domestique ; dans la forêt la martre des pins et la chouette hulotte.
Nos voisins sauvages
Nos voisins sauvages
Porteurs