Blaireau
Meles meles

Habitat

Garten und Park
Wiese, Obstgärten, Felder
Wald
Le blaireau est la plus grande espèce parmi nos mustélidés indigènes. Son corps est adapté au creusage de terriers et à sa vie en partie souterraine. Il laisse également des traces typiques: empreintes avec traces de griffes, coulées fréquemment utilisées, traces de griffes sur des arbres et des latrines avec plusieurs trous pour les crottes. L’élevage des jeunes se déroule dans des terriers qu’ils creusent eux-mêmes et qui sont utilisés durant plusieurs générations. Les traces liées à l’alimentation, des trous dans des prairies, sont dues à la recherche de nids de campagnols ou de guêpes et de larves de coléoptères ou apparaissent sous forme de restes de repas dans les cultures (maïs). Le blaireau est un omnivore opportuniste qui a un penchant pour les vers de terre, mais qui mange aussi des insectes, des escargots, des amphibiens, des fruits et des céréales. C'est un glaneur, pas un chasseur et il vit en groupe familial de 2 à 20 animaux. Les domaines vitaux varient, avec des superficies d'environ 100 à 300 ha, en fonction de la densité de la population et des disponibilités alimentaires.
Signes distinctifs 
Aspect lourdaud, pattes courtes et fortes, masque facial bien distinct.
Habitat 
Terriers principalement dans les pentes de forêts de feuillus. Recherche de la nourriture dans la forêt, les prairies et les champs, ainsi que dans les zones habitées, sur les rives des ruisseaux et dans les jardins.
Degré de menace
Non menacé
Confusions possibles

Aucune espèce indigène n’est semblable au blaireau. Les ratons laveurs (Procyon lotor), originaires d’Amérique du Nord, et les chiens viverrins (Nyctereutes procyonoides) portent également un masque facial. Les deux espèces ont été introduites en Europe et se sont disséminées lentement depuis le nord (raton laveur) et depuis l’est et le nord (chien viverrin).

Physique 
Longueur tête-corps 65 - 90 cm, queue 10 - 20 cm, poids 15 - 20 kg.
Période d’activité 
Nocturne. Hivernation (pas de véritable hibernation) pendant les hivers froids et en cas de haute neige.
Annoncer une observation
Les textes sont tirés du livre Stadtfauna avec l’aimable autorisation de la maison d'édition Haupt Verlag. Cover StadtFauna-Buch
526 Images tri par
Blaireau 
 61
Blaireau 
 39
Blaireau 
 13
Blaireau 
 8
Blaireau 
 7
Blaireau 
 5
Blaireau 
 5
Blaireau 
 5
Blaireau 
 5
Blaireau 
 5
Blaireau 
 5
Blaireau 
 5
Blaireau 
 4
Blaireau 
 4
Blaireau 
 4
Blaireau 
 4
Blaireau 
 4
Blaireau 
 4
Blaireau 
 4
Blaireau 
 3
Blaireau 
 3

Pages


Renard. © Stefan Wassmer / stadtwildtiere.ch

En tant qu'utilisateur enregistré, vous pouvez voter pour vos photos préférées parmi celles de la galerie: pour cela, cliquez simplement sur l'écureuil qui figure en dessous de la photo. Lorsque le symbole s'affiche en rouge, votre vote est validé. Le nombre figurant à côté du symbole indique combien de personnes ont déjà choisi cette photo.

Vous n'êtes pas encore enregistré? Enregistrez-vous ici

 

Concours de photos

Prenez part à l'évaluation des photos, en sélectionnant vos photos préférées d'un simple clic sur l'écureuil.

 

Le terrier: le lieu de résidence du blaireau
Les blaireaux, nocturnes, passent la journée dans leur terrier. Il est généralement situé dans un endroit calme, par ex. dans un parc sous les buissons. Les rigoles qui partent de l’entrée du terrier sont typiques pour les terriers de blaireaux. Observez-le de loin au crépuscule. Ne vous approchez pas trop, sinon vous risquez de déranger les animaux ou d’endommager le terrier. Faites attention à la direction du vent pour que le blaireau ne puisse pas vous sentir.

Sur la piste du blaireau
Avec un peu de chance, les empreintes de pattes du blaireau peuvent être vues dans la terre meuble ou dans la neige près d’un terrier. Les latrines sont d’autres traces typiques du blaireau. Ce sont de petites dépressions plates qu’il utilise comme toilettes. À proximité de ses terriers, le blaireau aiguise parfois ses griffes sur les arbres et y laisse des marques de griffure bien visibles. La raison de ce comportement n’est pas connue. Lorsqu’il cherche de la nourriture, par ex. lorsqu’il chasse des vers de terre, le blaireau peut creuser des trous profonds dans les pelouses ou les prairies avec ses puissantes pattes avant.

Empreinte: Les fortes griffes sont bien visibles. Les empreintes de pattes se chevauchent généralement. (© Helge Schulz)

 

Respecter les blaireaux

Le blaireau n’est pas considéré comme une espèce menacée. Une véritable promotion de cet animal sauvage n’est donc pas nécessaire. Les blaireaux réagissent cependant avec moins de souplesse aux changements que, par ex., les renards. Par conséquent, leurs terriers devraient être préservés là où c’est possible. Un terrier de blaireau est souvent utilisé pendant plusieurs générations.

 

Conflits entre blaireaux et humains
  • Activité de creusage: Le creusage du terrier peut conduire à des conflits surtout dans les jardins privés, mais aussi dans les espaces publics tels que parcs ou terrains de football. Cependant, le blaireau se nourrit également de «nuisibles» tels que des souris, des vers ou des escargots. Le rôle de ces animaux dans l’écosystème déjà fragile de nos villes est d’autant plus important.

  • Latrines: Les blaireaux montrent un comportement intéressant en créant des «latrines». Il s’agit de petites dépressions plates qui sont utilisées spécifiquement comme «toilettes». Ne vous énervez pas si vous en trouvez dans votre jardin. Ces endroits sont idéaux pour observer ces animaux sauvages, autrement très prudents, dans leur environnement immédiat.

  • Recherche de nourriture: Pendant la recherche de nourriture, il arrive que les blaireaux se servent dans les restes mis sur le compost. Quand le blaireau visite des poubelles ou une mangeoire à oiseaux, cela peut conduire à des dégâts indésirables. L’accès à ces sources de nourriture peut être évité par des clôtures solides bien ancrées dans le sol. Les composts peuvent être couverts et donc fermés.

Menaces 
  • Les blaireaux qui vivent dans les zones habitées n’ont pas d’ennemis naturels.

  • Les menaces qui pèsent sur le blaireau sont principalement la circulation routière, les insecticides et le poison pour rongeurs.

Observations au parc animalier

Avec un peu de chance, il est possible d’observer des blaireaux dans leur enclos au Zoo de La Garenne.

Plus d’informations

 

  • Atlas des mammifères de Suisse et du Liechtenstein (1ère éd. 1995, réédition prévue pour 2021)
  • Voir publications sous salamandre.net, y compris pour les enfants

 

Nos voisins sauvages
Nos voisins sauvages
Porteurs